Nacionalni park "Plitvička jezera"

Le tuf calcaire

Les caractéristiques géologiques du Parc national

La région du Parc national de Plitvice fait partie de la région karstique dinarique, l'un des complexes karstique les plus impressionnant au monde, aux particularités géologiques, géomorphologiques et hydrologiques spécifiques. Des couches de roches carbonatées du Mésozoïque avec de poches de dolomites mais aussi des dolomites elles- même dominent le parc. Les traits du relief de la région sont conditionnés par le rapport entre les dolomites imperméables et les couches carbonatées karstiques et perméables. Les propriétés hydrogéologiques spécifiques des roches ont permis la rétention d'eau dans les dolomites triasiques, mais aussi des entailles dans les calcaires du Crétacé pour former des canyons. Les barrières de tuf ont permis la formation des lacs...

Les barrières de tuf

Les eaux des lacs de Plitvice sont sursaturées de carbonate de calcium dissous sous forme de bicarbonate de calcium.. Ces eaux ainsi minéralisées sur les rapides et tout particulièrement sur les barrières de tuf engendrent, consécutivement à la projection de l’eau, l’émission de carbonate de calcium (calcite) sous la forme de petits cristaux qui se déposent ensuite dans l’eau. La formule chimique de base du dépôt du tuf calcaire est la suivante :


Ca (HCO3)2+jaillissement de l'eau → CO2+H2O+CaCO3↓ (tuf calcaire)

Les algues bleues-vertes (Cyanobactéries), les diatomées, une variété de bactéries, les protozoaires (organismes unicellulaires) et des organismes multicellulaires de taille microscopique, bien qu’invisibles pour nous, sont très importants pour ce processus spécifique de formation du tuf calcaire. Ces organismes représentent une communauté dynamique qui se développe sur les roches, les plantes (mousses) et les objets immergés dans l'eau. Les petits cristaux de calcite se déposent sur les mucopolysaccharides sécrétés par les algues et les bactéries. Les cristaux ainsi collés représentent des centres de cristallisation autour desquels le dépôt du carbonate de calcium de l'eau se poursuivra, créant de cette façon ces barrières de tuf calcaires bien connus. Cratoneuron comutatum est la mousse la plus courante, qui couvre les barrières de tuf verticales et abruptes et participe à la formation du tuf calcaire. Elle se pétrifie rapidement, son apparence restant bien préservée dans les sédiments de tuf. Dans les parties plus calmes, la mousse aquatique, Bryum pseudotriquetrum, créé un tuf calcaire de type bryumtique. Le processus de création du tuf calcaire remonte à la lointaine histoire géologique, mais seulement dans les conditions de climat chaud et humide, semblable à celles d'aujourd'hui. Les barrières de tuf calcaire actives auraient entre 6 000 et 7 000 ans, ce qui correspond à la fin de la dernière période glaciaire. La croissance et le développement des barrières peuvent être menacés par une perturbation des facteurs physico-chimiques et biologiques dans le processus de calcification.