Les champignons et lichens

En plus des espèces de la flore et la faune, la région du parc abonde également d’espèces de champignons. Les champignons sont un groupe important et extrêmement précieux d’organismes. Sans eux, la vie sur terre que nous connaissons ne serait pas durable. Ils se distinguent par le rôle clé qu’ils jouent dans le fonctionnement des écosystèmes terrestres, dont les deux plus importants doivent être mis en évidence. Les champignons décomposeurs (avec les bactéries) décomposent les matières organiques mortes en éléments inorganiques et permettent ainsi la circulation des substances dans la nature. Ils sont particulièrement importants dans la dégradation des résidus végétaux.

Fig. 1 Amylocystis lapponicus

Fig. 1 Amylocystis lapponicus

Les champignons mycorhiziens et les plantes, créent des mycorhizes, une symbiose du système racinaire de la plante avec le mycélium du champignon. Les études précédentes (Tortić M, β A. David 1981 et Mešić, A. et al. 2015), ont traité des champignons de la section des basidiomycètes (Basidiomycota) et des ascomycètes (Ascomycota) de six types d’habitat forestier. Plus de 800 espèces ont été enregistrées, ce qui ne constitue qu’une faible partie de la biodiversité totale des champignons qu’il reste à étudier. Jusqu’à présent, une nouvelle espèce pour la science a été découverte dans la zone du parc, la Ceriporiopsis jelicii (Tortić β A. David 1981).

Il existe un grand nombre d’espèces menacées pour lesquelles les habitats forestiers du parc constituent les uniques repères en Croatie (environ 40 espèces). Dans la catégorie des espèces gravement menacées figurent l’Amylocystis lapponicus et l’Antrodiella citrinella.

La biodiversité du lichen n’a pour le moment pas fait l’objet de recherche systématique.

Fig 2. Antrodiella citrinella

Fig 2. Antrodiella citrinella